A. Profession 555

                                    

                                              BIENVENUE DANS CETTE RUBRIQUE OU VOUS TROUVEREZ des propositions de LIVRES, CD, CONFERENCES, STAGES, SALONS, VOYAGES, également des informations PROFESSIONNELLES concernant la NATUROPATHIE en France et dans le monde.                          

                             

                                  LES ARTICLES SE SUIVENT CHRONOLOGIQUEMENT D'AUJOURD'HUI A JUIN 2011  !!!!                         

                                                                       

                                                                    Lampe en cristal de sel - Pyramide

                                         

                                                      ------------------------------------------------------------------------------

                         

                           

                          

                           

                                ___________________________________________________________________________

17.11.2017 : 555. Connaisez-vous l'Olfactothérapie ? :

LA GRANDE RÉVOLUTION DU NEZ ?

Comme nous l’avons expliqué dans un précédent article sur l’olfactothérapie, le nez est directement connecté au cerveau limbique. Il ne passe pas par les autres canaux, ce qui fait de lui un indicateur hyper fiable de ce que l’inconscient souhaite nous révéler : des aspects souvent inattendus de notre personnalité, des pistes de réflexion originales et une efficacité redoutable.

COMMENT ÇA MARCHE ?

Une introspection basée sur les odeurs doit être accompagnée par un guide: c’est lui qui permet d’être focalisé pleinement sur nos sensations et de les analyser avec justesse sans fausse modestie, déni ou autres stratégies d’auto-dénigrement.

Catherine Cianci, coach, aromatologue et anthropologue, possède une relation charnelle avec les huiles essentielles pour les avoir touchées, photographiées, manipulées lors d’un tour du monde des de 15 mois. Aujourd’hui elle propose du coaching par les odeurs*.

Je suis venue voir Catherine avec un problème de maman, et c’est toute ma féminité qui s’en est trouvée bouleversée. L’avantage de travailler sur l’inconscient c’est qu’on sort des pensées qui tournent en rond et que les choses, une fois mises en lumière, se résolvent d’elle-même, comme par magie, nous confie Axelle.

 COMMENT ÇA SE PASSE ?

Au début je me demande toujours ce que je vais pouvoir raconter à Catherine Cianci de nouveau, voire pourquoi j’ai pris rendez-vous parce qu’en fait, finalement ça ne va pas si mal… Puis la magie opère : je m’assieds et je commence à parler, mes paroles coulent hors de moi. Elles me semblent manquer de cohérence, ce qui me met mal à l’aise mais je continue quand même. Pourtant, je ne sais trop comment, au bout d’un temps, Catherine Cianci m’arrête et parvient à dégager des thématiques basées sur ce que je viens de lui partager. J’en choisis une et elle me fait sentir des huiles essentielles en relations avec le sujet. L’une d’entre elles ressort. Je le sais parce que je ne parviens pas à m’en défaire, comme si elle m’avait choisie. La séance peut alors véritablement commencer.

SENTIR… ET ALORS ?

L’HE opère sur l’inconscient. Nous en avons tous fait l’expérience avec notre Madeleine de Proust, une odeur qui nous renvoyait immédiatement à la maison de notre enfance et ses marches qui craquent, une personne qu’on n’a plus vue depuis des années dont on aurait oublié les traits, des souvenirs enfouis,… Dans ce cas, l’odeur nous surprend au détour d’un chemin. Tandis que quand on choisit une odeur avec un objectif spécifique dans le cadre d’un coaching, on se positionne différemment, en observateur de nous-même, de ce que l’odeur réveille en nous : émotions, couleurs, images,… autant de symboles que Catherince Cianci aide à assembler pour créer un puzzle ultra cohérent.

QUELLES HUILES ESSENTIELLES CHOISIR ?

Comme un problème peut en cacher un autre et que chacun est différent, Catherine Cianci propose toujours plusieurs HE lors de ses séances en demandant de choisir sa préférée. C’est un moment troublant: comme lorsque vous goûtez des aliments les yeux fermés sans parvenir à les reconnaître, vous pouvez très bien sélectionner une HE que vous détestez en temps normal parce que, dans le cadre précis de la séance, sans savoir qu’il s’agit d’elle, elle vous plait énormément. C’est pourquoi Catherine Cianci ne révèle son nom qu’une fois la séance clôturée, afin de laisser le mental de côté. Dans les grandes HE souvent sélectionnées, il y a: l’Ylang Ylang pour la féminité, l’Epinette noire pour la mise en action et la fatigue, le Laurier noble pour la confiance en soi et pour éviter de se disperser et l’Orange douce pour accompagner les personnes en douceur.

 

12.11.2017. : 554. La vie de l'âme :

« L’idée que vous êtes, chacun, une entité spirituelle qui vit en relation avec l’univers entier et qui peut tout obtenir dans les mondes infinis de l’âme et de l’esprit : voilà ce qui donnera un sens à votre existence, et vous n’éprouverez plus le besoin de courir après des acquisitions éphémères.
Alors, attention, même si de nos jours la réussite sociale et matérielle apparaît de plus en plus comme la seule garantie de sécurité, ce n’est surtout pas cela que vous devez mettre à la première place. Un jour ou l’autre vous serez obligé d’admettre que cette sécurité était une illusion et qu’en la recherchant à tout prix vous avez perdu beaucoup de temps et d’énergies. Si on vous propose une fonction importante dans quelque domaine que ce soit, parce qu’on a reconnu votre valeur et vos compétences, acceptez-la, si vous en avez le goût. Mais veillez bien à ne pas sacrifier l’essentiel : les richesses que vous pouvez acquérir dans le monde de l’âme et de l’esprit. »


Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

26.10.2017 : 553. RELÈVEMENT DU PLAFOND DE CHIFFRE D’AFFAIRES OU DE RECETTES DE LA MICRO-ENTREPRISE par Virginie PRADEL (Contre-infos) :

Pour rappel, le bénéfice du régime de la micro-entreprise (nouvelle dénomination du régime des « auto-entrepreneurs ») est conditionné aujourd’hui au respect d’un double seuil de chiffre d’affaires ou de recettes : un seuil bas de 82 800 € pour les activités de ventes et de 33 200 € pour les activités de prestations de services (ce seuil est aligné sur la franchise en base de TVA) et un seuil haut de respectivement 91 000 € et 35 200 €.

Le franchissement du seuil bas, sans toutefois dépasser le seuil haut l’année de référence, permet le maintien du régime micro ; le franchissement du seuil haut entraîne en revanche la déchéance du régime l’année suivant le dépassement.

L’article 10 du PLF pour 2018 propose d’augmenter le premier seuil et de ne retenir qu’un seul seuil pour chaque type d’activités : un seuil fixé à 170 000 € pour les activités de ventes et un seuil fixé à 70 000 € pour les activités de prestations de services.

Cependant, les limites prévues pour le régime de la franchise en base de TVA, lesquelles sont actuellement alignées sur le seuil bas du régime de la micro-entreprise qui devrait être supprimé (82 800 € pour les activités de ventes et 33 200 € pour les activités de prestations de services) resteront inchangées !

Contrairement à ce qu’affirme le projet de loi de finances pour 2018, cette mesure n’est pas susceptible de simplifier la vie des micro-entrepreneurs. Au vrai, elle est insensée puisqu’elle reviendrait pour ces derniers à facturer au cours d’une même année leurs clients HT (sans TVA) puis TTC (avec TVA).

Or, si un micro-entrepreneur commence à facturer TTC, il devra aussi déduire de son résultat la TVA qu’il paie lors de ses achats ; ce qui le conduira à passer du régime simplifié au régime réel ; remettant ainsi en question l’intérêt de recourir au régime de la micro-entreprise.

 

20.10.2017 : 552. Déserts médicaux :

Les grandes déclarations du premier ministre et de la ministre de la santé

Elles démontrent clairement qu'ils ne sont pas au contact des réalités de la santé dans notre pays. 

Notre pays est en plein bouleversement en matière de santé. Il faut être sur le terrain des patients pour s'en rendre compte. 

La grande décision de réunir médecin et infirmière est d'une banalité sans nom : ils ont toujours travaillé ensemble et en bonne entente, comme avec les pharmaciens, les sages femmes et les kinésithérapeutes à partir des prescriptions médicales. Rien de nouveau sous le ciel bleu ! 
 

Les maladies se multiplient touchant tous les organes

Les médecins sont formés au diagnostic et presque toujours aux traitements chirurgicaux ou chimiques des maladies qui se multiplient à grande vitesse. 

Que ce soient les cancers dans toutes leurs localisations ou les maladies auto-immunes, leur nombre ne cesse d’augmenter à tous les âges de la vie : diabète, allergies alimentaires, obésité, fibromyalgie, les thyroïdites, les poly-arthralgies, les maladies inflammatoires du tube digestif (Crohn ou RCUH), les maladies de la peau (Lupus, Sclérodermie..), Alzheimer, Parkinson, Sclérose en plaques.. aucune famille n’est épargnée. 

On a même créé des maladies psychiques ou psychiatriques et pour beaucoup d’entres elles se succèdent des thérapies, parfois à vie, sans réels effets de guérison : anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères dont on découvre qu’ils peuvent être pour certains psychostimulants. 

Ainsi les maladies chroniques se multiplient et font le bonheur des laboratoires pharmaceutiques souvent en bourse (avec l’argent du contribuable) et qui s’imposent dans les cabinets médicaux avec des nouveautés qui n’en sont pas (affaire récente du levothyrox et des 4 médicaments contre l’Alzheimer remboursés par l’assurance maladie qui ne servent à rien..). 

Les pharmaciens vont nous vacciner (sans prescription médicale !?) contre toutes les maladies, mais qui sera responsable en cas de complications : l’Etat qui s’impose comme un dictateur ou les fabricants ? 

Aujourd’hui, on nous fait rêver avec la Science qui va tout guérir, les vaccins qui éviteront toutes les maladies et le transhumanisme qui va nous rendre éternel… Soyez malade, on s’occupe de vous.. 

Le grand public a plus de bons sens. Il n’est pas attiré naturellement par les hôpitaux ou les cliniques, il cherche la Santé : il veut Manger Mieux et Meilleur pour être en pleine forme, travailler avec plaisir et pas au bord du burn out, gérer ses stress sans cacheton, dormir paisiblement, élargir ses horizons pour mieux comprendre le monde et se comprendre lui même, aimer avec discernement, se sentir respecté et en sécurité. 

De plus en plus, se développent plusieurs professions de santé menées par des femmes et des hommes qui ont acquis de grandes compétences pour la santé d'un grand nombre de personnes. 
 

Les nouvelles professions de santé

Je veux parler des homéopathes, des naturopathes, des ostéopathes, des phytothérapeutes, des herboristes, des micro-nutritionnistes, des chiropracteurs, des spécialistes de la médecine chinoise ou ayurvédique (mot sanscrit Ayurveda = Science de la vie"). 

Ils sont plus des spécialistes de la Santé que de la Maladie et ne coûtent rien à l'Assurance maladie. 

Ces femmes et ces hommes de Santé n'ont pas peur de se former à l'étranger, dans des écoles de qualité, en Belgique, en Suisse, en Chine comme en Inde. Et chez nous quelques écoles de valeur très variable répondent à une demande croissante. 

Une prise de conscience que nos ministres trop éloignés du réel, courant les médias, ne voient pas et qui peut créer des emplois de qualités. 

Ainsi beaucoup de personnes après avoir subi des chocs en tous genres, changent de métier, cherchent à se recentrer sur la santé, la leur et celle des autres.   

Ils ne concurrencent pas les médecins. 

Ils ne proposent pas les ordonnances abusives que nous voyons trop souvent dans les maisons de retraite et chez les personnes d'un certain âge que l'on cherche à médicaliser pour la ménopause, l'andropause, l'ostéoporose, le cholestérol même à des taux normaux, les carences en vitamine D très à la mode, le lévothyrox, les abus vaccinaux dès la 6ème semaine de vie. 

 

18.10.2017 : 551. Être capable d’éprouver de l’empathie pour les autres est un atout :

L’empathie est cette capacité à vous mettre à la place des gens, comprendre leurs sentiments et leur point de vue. 

L’empathie va parfois très loin car elle vous permet de ressentir physiquement les douleurs des autres. 

Cela peut paraître un problème. Mais nous allons voir que l’empathie est une force

Les personnes qui manquent d’empathie ne sont pas seulement désagréables à fréquenter. Elles ont aussi, sans le savoir, un handicap. 

Lisez la suite pour comprendre votre capacité d’empathie, et apprendre à l’augmenter si vous en manquez. 

 

Nos étonnants « neurones miroirs »

Nous sommes capables d’éprouver de l’empathie parce que nous avons dans le cerveau des « neurones miroirs ». 

Comme leur nom l’indique, ces neurones réagissent en miroir aux émotions exprimées par les autres. 

Grâce à ces neurones, les émotions des autres se reproduisent en nous. Cela nous permet de ressentir nous-mêmes l’effet de ces émotions, et ainsi de mieux les comprendre, mieux nous mettre dans la peau des autres. 

Les personnes narcissiques ou excessivement égoïstes manquent de neurones miroirs. 

Si vous n’avez aucun neurone miroir, vous êtes incapable de vous mettre à la place des autres. Vous ne vous souciez pas d’eux, de leurs sentiments, ni de ce que votre comportement risque de déclencher. C’est ce qu’on appelle en psychiatrie la « psychopathie ». 

Les « psychopathes » sont ces personnages capables de faire le mal autour d’eux, de faire souffrir leurs victimes sans que cela ne déclenche en eux aucun sentiment pénible. 

Normalement, vous ne pouvez voir une personne souffrir sans éprouver vous-même de la détresse. Mais les psychopathes sont indifférents aux douleurs des autres. On a vu certains psychopathes se faire de bons repas et s’amuser franchement devant une comédie télévisée à côté de leur victime torturée et gémissant de douleur. 

Ils n’éprouvent pas de pitié. 

En revanche, l’empathie est une vraie force pour celui qui est capable de la ressentir. 

 

Pourquoi l’empathie est une force

En effet, les personnes très empathiques ont toutes sortes d’avantages sur les autres. 

Elles sont notamment : 

 

  • capables de prévoir plus précisément les actions et les réactions des autres, et font donc moins d’erreur, de faux pas ; 
  • Elles ont plus de facilité à résoudre les conflits, privés ou professionnels ; elles sont donc moins embourbées dans les problèmes relationnels ; 
  • Elles saisissent plus facilement les « signaux faibles » envoyés par leur entourage, en communication non-verbale ; elles comprennent mieux et plus vite ce qu’on attend d’elles ; 
  • Elles persuadent plus facilement les autres de leur point de vue ; 
  • En entreprise, elles comprennent mieux les besoins des clients et prennent l’avantage sur leurs concurrents 
  • Elles sont capables de mieux motiver les autres ; c’est la fameuse qualité de « leadership » si prisée actuellement dans les milieux professionnels mais tout autant dans les activités culturelles, associatives, sportives, politiques… 
  • Elles évaluent mieux la façon dont leurs paroles et leurs actions sont perçues par les autres et évitent ainsi les erreurs de communication et les quiproquos ; 
  • Elles comprennent mieux le monde qui les entoure parce qu’elles ne sont pas prisonnières de leur propre point de vue ; elles sont capables de voir les choses sous des angles différents, ce qui leur donne une vision plus riche, plus complète et donc plus juste. 
     

L’empathie ressentie comme faiblesse : une erreur courante

Le problème d’éprouver de l’empathie est que vous devenez plus vulnérable

Souvent, les personnes très empathiques se considèrent elles-mêmes comme « faibles », voire « idiotes ». 

En effet, leur tendance à se mettre à la place des autres peut les conduire, parfois, à être exploitées. Certains vont s’apercevoir de leur capacité à se mettre à leur place et vont en abuser. 

Abuser de leur spontanéité à aider ; abuser de leur réticence à prêter aux autres de mauvais sentiments qu’elles sont incapables d’éprouver elles-mêmes. 

Ces abus, souvent répétés, les conduisent à faire la douloureuse expérience d’avoir été bernées, leur donnant l’impression d’être « trop naïves », voire « débiles ». 

Moyennant quoi elles oublient les avantages pratiques considérables, listés plus haut, d’être capable d’éprouver de l’empathie. 

 

L’empathie, une qualité essentielle en médecine

Les dentistes et les médecins qui éprouvent de l’empathie sont beaucoup plus appréciés de leurs patients, qui reconnaissent et recherchent énormément cette qualité. 

Ils ont plus de succès et, surtout, une vie professionnelle plus agréable avec des patients plus reconnaissants. 

L’empathie est reconnue comme une qualité déterminante chez les adolescents pour leurs chances de réussite future : 
 

« Les adolescents empathiques sont plus motivés et réussissent de façon intentionnelle dans leurs études non parce qu’ils cherchent à avoir de bonnes notes, mais parce qu’ils sont authentiquement intéressés par leur sujet. 

Ils surmontent plus facilement leurs échecs parce qu’ils ne mettent pas autant d’ego que les autres dans leur travail. »

Vous pouvez apprendre à éprouver plus d’empathie

Le manque d’empathie est la cause de nombreux conflits. Vous ne pouvez pas augmenter le nombre de vos neurones miroirs mais vous pouvez faire un effort pour : 

 

  • Ecouter ce que vous disent les autres, sans chercher trop vite à partager vos propres expériences passionnantes ; en clair : éviter de couper la parole. Un bon exercice est de faire comme les Américains, mais aussi les Suisses : ne jamais commencer à parler sans avoir attendu deux ou trois secondes après que votre interlocuteur ait terminé sa phrase ; 
  • Lorsque vous écoutez quelqu’un, intéressez-vous à ce qu’il vous dit, mais essayez aussi de comprendre pourquoi il vous dit cela. Qu’est-ce qui le motive à venir vous parler ? Se pourrait-il que, derrière ses paroles, il cherche à vous faire passer un autre message ? Nous avons un nombre incroyable de messages « codés » que nous utilisons spontanément. Par exemple : « Tiens, il est déjà midi » signifie en général « J’ai faim, ne voudrais-tu pas manger ? » Ou alors : « J’aime beaucoup votre coiffure, votre parfum » est un appel évident. 
  • En cas de désaccord qui se prolonge avec un membre de la famille, un ami, un collège : essayez d’imaginer toutes les bonnes raisons que l’autre peut avoir de faire, dire ou penser ce qu’il fait, dit ou pense. Partez du principe qu’il a raison, que vous auriez fait exactement la même chose à sa place, et peut-être même auriez-vous agi de façon plus vive encore ; 
  • Lisez des romans et du théâtre : la littérature est le moyen le plus direct et rapide de vivre des expériences complexes que la vraie vie met parfois du temps à vous donner. Les enfants et les jeunes sont obligés, via l’école, à lire et apprennent ainsi à connaître la psychologie des hommes bien au-delà de ce qu’ils peuvent vivre dans le cadre de leur famille et de leurs camarades de classe. Il n’y a pas de raison de stopper cet apprentissage à la fin des études. Continuer à beaucoup lire toute sa vie permet de développer grandement l’empathie. 
  • Observez et réfléchissez : éteignez votre téléphone. Au lieu d’écouter la radio ou de consulter votre smartphone dans les transports, regardez les gens autour de vous et imaginez qui ils peuvent être, ce qu’ils pourraient être en train de penser et ressentir, et où ils sont en train d’aller. Sont-ils frustrés ? Heureux ? Sont-ils d’ici ou en voyage ? Ont-ils eu une bonne journée ? Essayez de vous intéresser et de partager leurs préoccupations. 

Il s’agit de bonnes habitudes à prendre, qui développent votre psychologie et vos compétences relationnelles. 

 

Bouder : un moyen d’exploiter l’empathie des autres

Grâce, ou à cause de l’empathie, nous pouvons nuire à notre entourage simplement en exprimant notre insatisfaction. 

C’est ce que les enfants apprennent très vite à faire en… boudant. 

Il leur suffit de montrer un visage fermé, mécontent, et leurs parents ne peuvent s’empêcher de ressentir eux aussi de la mauvaise humeur, ce qui est très désagréable pour eux. 

Ce sont leurs neurones miroirs qui fonctionnent en produisant chez eux un sentiment d’insatisfaction, simplement parce qu’ils voient l’enfant (ou l’adulte !) insatisfait. 

C’est extraordinaire : 

Vous pouvez ainsi gâcher le plaisir de tout un groupe qui s’amuse, simplement en affichant une mine maussade. 

Le sentiment est tellement fort qu’une ou plusieurs personnes du groupe vont probablement s’interrompre pour venir vous trouver. Elles prendront le temps qu’il faudra pour tenter de régler votre problème. Le but ? Tout faire pour vous faire retrouver le sourire, notamment afin que le reste du groupe puisse… recommencer à s’amuser. 

Bouder est une stratégie particulièrement déloyale et pénible pour faire pression ! C’est pourquoi on apprend aux enfants à ne pas bouder, et les adultes savent qu’il est impoli de faire la tête en public. 

 

L’empathie pour guérir

Je vous avais parlé au début du mois d’août de cette belle étude expliquant que le simple fait de tenir la main d’un conjoint qui souffre réduit la douleur. 

De même, on sait que les personnes qui se savent aimées et accompagnées guérissent plus vite. Leur convalescence est plus rapide après une intervention. 

Ces effets sont d’autant plus forts que les proches sont capables d’exprimer, et d’éprouver, de l’empathie. 

Avec les enfants, aussi, nous avons tous fait l’expérience : Justine est tombée, elle s’est couronnée le genou et hurle de douleur. Son papa accourt et la saisit dans ses bras en poussant des cris lui-aussi : « Ah, oh, que ça doit faire mal, aïe aïe aïe, mais Justine pourquoi as-tu couru si vite, tu dois faire attention !!! » 

Et plus papa crie, plus il manifeste qu’il souffre de voir Justine souffrir, plus Justine, elle, se calme, et cesse de pleurer. 

L’empathie de son papa l’a guérie. 

A votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis 

 

15.10.2017 : 550.  CRISE DE GOUTTE  Article paru sur le site CrisedeGoutte.fr

Traiter la crise de goutte

La crise de goutte est un événement très douloureux qui peut être, du moins en partie, soulagé par l’immobilisation de l’articulation et l’application d’une poche de glace. Certains médicaments sont efficaces pour diminuer rapidement la douleur de la crise. Ils sont pris pendant une courte durée et adaptés à chaque cas par le médecin.

Pourquoi mesurer le taux d’acide urique ?

La goutte est due à un taux trop élevé d’acide urique dans le sang. Au-dessus de 60 mg/L, l’acide urique forme des cristaux qui peuvent provoquer une réaction inflammatoire dans une articulation. Il est donc important de mesurer le taux sanguin d’acide urique régulièrement car il faut s’assurer que le taux d’acide urique dans le sang reste inférieur à 60 mg/l, évitant la formation de cristaux et donc de crises de goutte : la goutte est une maladie curable

Quelle est l’origine de la maladie ?

La goutte est une maladie inflammatoire extrêmement douloureuse de l’articulation. Elle est due à un taux d’acide urique dans le sang trop élevé (hyperuricémie), qui forme des cristaux dans l’articulation et les tissus mous à partir d’une certaine concentration (60mg/l (360 µmol/l), à l’origine d’une réaction inflammatoire dans l’articulation et dans les tissus entourant l’articulation : c’est la crise de goutte. La goutte est fréquente chez les hommes de plus de 30 ans, et chez les femmes après la ménopause (souvent déclenchée par un traitement diurétique pour une tension artérielle élevée). La fréquence de la goutte a pratiquement doublée ces dernières années pour des raisons multiples : augmentation de l’espérance de vie, augmentation de l’obésité et de ses complications (maladies cardiovasculaires), augmentation des maladies rénales chroniques, alimentation non équilibrée, utilisation de nombreux médicaments. 

 

Les origines de la maladie :

Le taux sanguin de l’acide urique résulte de la différence entre sa production et son élimination. La production de l’acide urique provient, majoritairement, du fonctionnement des cellules de l’organisme et, en quantité moins importante, de l’alimentation. L’élimination de l’acide urique est assurée principalement par les reins.

L’excès d’acide urique est dû le plus souvent à un défaut de son élimination par les reins dans le cadre d’une maladie familiale et héréditaire (la goutte), parfois à une maladie des reins (à l’origine d’une insuffisance rénale). Certains médicaments diminuent aussi l’élimination de l’acide urique par les reins (notamment les diurétiques, l’aspirine à petite dose).

L’excès d’acide urique peut être favorisé par l’alimentation. Les trois principaux aliments qui augmentent sa production sont :

− La bière (même sans alcool),

− les alcools forts, et

− les sodas sucrés riches en fructose.

Les facteurs déclenchants :

Une crise de goutte peut être déclenchée dans différentes situations :

− Traumatismes physiques (chaussures trop serrées, marche prolongée, choc),

− Situations dites "de stress" (stress, surmenage, intervention chirurgicale),

− Infections (grippe, pneumonie, bronchite aiguë),

− Infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral,

− Arrêt brutal ou mise en route de certains médicaments (aspirine, diurétiques), dont ceux qui servent à réduire l’uricémie (allopurinol, febuxostat, probénécide, benzbromarone),

− Apport trop faible en boissons (eau essentiellement).

 

L'origine de l’hyperuricémie :

L'hyperuricémie (taux sanguin d’acide urique supérieur à 60 mg/l ou 360 µmol/l) peut être secondaire à un défaut d’élimination rénale et/ou une production accrue de l’acide urique.

− Défaut d’élimination rénale de l’acide urique

• Anomalie du transport de l’acide urique dans le rein - due à une anomalies des "pompes à acide urique" situés dans les tubules rénaux (un des constituants du rein). Ces anomalies sont souvent héréditaires, d’origine génétique.

• Défaillance des reins avec une filtration rénale insuffisante (insuffisance rénale chronique).

• Prise de certains médicaments : diurétiques, aspirine, ciclosporine (médicament utilisé dans les greffes d’organes).

− Production accrue d’acide urique :

• Origine alimentaire :

➢ Aliments dont la dégradation entraîne une production importante d’acide urique : bière (même SANS alcool), alcools forts et boissons sucrées (sodas, colas, jus de fruits riches en fructose) ;

➢ Quantité trop importante d’aliments trop riches en protéines d'origine animale (abats, viandes, poissons, fruits de mer) ;

• Origine cellulaire ;

• Anomalies génétiques du fonctionnement de certaines enzymes ;

• Situations particulières (jeûne, effort musculaire) ;

• Chimiothérapie.

Certaines maladies peuvent accompagner l’hyperuricémie (hypertension artérielle, obésité, diabète, augmentation du cholestérol et surtout des triglycérides…).

Les différentes formes de la maladie

La goutte apparaît souvent comme une maladie familiale et héréditaire, limitant l’élimination de l’acide urique par le rein.

L’excès d’acide urique à l’origine de la goutte peut avoir plusieurs causes, parmi lesquelles on peut citer :

− une alimentation trop riche en protéines animales,

− une consommation trop importante en bière (même sans alcool), d’alcool fort, ou de sodas sucrés,

− certains médicaments.

Mécanisme de la crise de goutte

Lorsque la quantité d’acide urique est trop élevée dans le sang, supérieur à 60 mg/l ou 360 µmol/l, il peut former des microcristaux d’urate dans et/ou autour des articulations.  Ces microcristaux peuvent provoquer une réaction inflammatoire qui dure quelques jours.

La formation des microcristaux d’urate est favorisée par une température plus basse, les articulations du pied sont donc touchées de préférence, et en particulier la 1e articulation (métatarsophalangienne) du gros orteil.

Une crise de goutte peut être déclenchée par différentes situations comme un choc, un stress ou encore l’arrêt brutal de certains médicaments.

La crise de goutte est provoquée par des cellules de l’organisme qui interviennent dans la défense contre les microbes. Les cristaux d’urate sont considérés comme des agresseurs étrangers à l’organisme qui tente de les éliminer.

Au bout d’une dizaine de jours ou plus, pour différentes raisons, et en particulier l’arrêt de la libération de substances anti-inflammatoires, le cercle vicieux de la crise de goutte s’interrompt de lui-même en 5 à 10 jours malgré la persistance des cristaux dans l’articulation.

 

Destructions articulaires et formation des tophus :

Sans traitement adapté de l’hyperuricémie, les crises de goutte se répètent. Les délais sont variables, parfois plusieurs années après la première crise, et sans symptôme entre les crises. A la longue, les cristaux s’accumulent et des amas indolores appelés tophus se forment dans les os, les articulations, les tendons ou encore sous la peau. Il faut en moyenne 11 ans pour passer au stade de goutte chronique.

Les tophus qui se trouvent dans les articulations peuvent entraîner de nouvelles crises de goutte. En l’absence de traitement, la répétition des crises entraîne une dégradation des articulations touchées, entraînant une déformation de l’articulation et une limitation de sa mobilité et des douleurs chroniques.

Chez certaines personnes, l’excès d’acide urique s'accompagne aussi de dépôts de cristaux dans les reins, à l’origine de calculs rénaux et de leur conséquence, des crises de coliques néphrétiques, voire à terme de complications rénales telles qu’une insuffisance rénale.

Quelles sont les manifestations de la maladie ?

La crise de goutte apparaît de façon très brutale et est très douloureuse. L’articulation touchée est gonflée et rouge. A la longue et sans traitement adapté, la persistance d'un taux d’acide urique trop élevé dans le sang entraîne la formation d’amas indolores, appelés tophus, au niveau des articulations et sous la peau.

La première crise de goutte n’atteint le plus souvent qu’une seule articulation du membre inférieur.

Il arrive que plusieurs articulations soient touchées en même temps, on parle alors de polyarthrite goutteuse. D’autres articulations peuvent être concernées les mains, les poignets, les coudes, exceptionnellement la colonne vertébrale.

Les manifestations sont caractérisées par de très fortes douleurs articulaires. L’articulation apparaît tuméfiée, gonflée, rouge violine. La violence de la douleur est ressentie comme une fracture des os ou une morsure. La marche est difficile. La douleur empêche le sommeil. La crise au gros orteil est appelée podagre, ce qui signifie avoir le pied pris dans un piège à loup.

Avec la résolution de la crise, sur quelques jours, la peau de l’orteil desquame et peut se détacher comme une pelure d’oignon. Ces signes peuvent être associés à une fièvre modérée à élevée (jusqu’à 39°C), parfois accompagnée de frissons ce qui fait craindre une infection sévère. A la fin de la crise, on constate un retour à la normale de l’aspect de l’articulation.

Les tophus se forment non seulement dans les articulations, dans et autour des os, mais également sous la peau, dans des endroits sans rapport avec l'articulation touchée par les crises, notamment au niveau de la partie cartilagineuse du pavillon de l’oreille, du coude (bursite), du gros orteil, du talon…

Ces dépôts qu’ils soient visibles ou non, s’observent environ 10 à 20 ans après la première crise. Les problèmes rénaux, et en particulier les calculs, sont également fr&eacut